02 novembre 2005

Horrible

Les journalistes ont parfois des mots affreux pour décrire cliniquement des histoires atroces. Ainsi, dans la dépèche de l'AFP sur l'attentat suicide par un enfant en Irak, on peut lire : "Le général, atteint d'éclats au ventre, à la poitrine et à la jambe, est soigné à l'hôpital général de la ville ainsi que son chauffeur également blessé par l'explosion, qui a coûté la vie à son auteur."

qui a coûté la vie à son auteur !
Et quel sombre dément a pu engagé un enfant à partir dans cette folie ?
Et nous, quel degré dans l'horreur faudra t il que nous atteignions pour réagir ?
Déclaration des droits de l'enfant